6/7/20

La première fois que j’ai couché ici,
j’ai longuement regardé ce dessin d’Egon Schiele
reproduit au-dessus du lit.

Deux femmes, l’une la tête posée dans le giron de l’autre
qui se penche, le coude en avant.
Les traits s’égarent surprenamment,
mais les deux têtes alignées, pesantes,
donnent et le sens et l’équilibre d’ensemble.

L’essentiel de l’image
contredit (souligné ?) 
par les écarts de détail.

Aujourd’hui que j’habite ici,
je ne le vois plus, sauf exception.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s