20/7/20

Lorsque c’était pour une pensée,
un air fredonné au passage
d’un inconnu assourdissant,
j’acceptais bien l’indifférence
comme prix de la liberté.

Aujourd’hui que j’ai fait un bébé,
j’aimerais bien qu’on l’admire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s