5/11/20

Il fait froid.
Ce matin, l’herbe est couverte de givre.
Le grand marronnier scintille de rayons pâles
et les éoliennes semblent tisser une étoffe glacée.
La boue du chemin craque sous les sabots des chevaux fumants
à qui j’apporte des quartiers de pomme
et donne une caresse sur le nez.
Je ne vois pas les paons qui doivent encore dormir.
Je souris,
puis je rentre faire la vaisselle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s