9/12/20

Je pensais pourtant parler vache
et savoir les ôter du chemin,
mais les Normandes m’ont regardé,
pataudes et indifférentes,
sans daigner nullement s’écarter.

La différence étant que les Pyrénéennes
avaient des cornes pointues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s